Parcours

Parcours

Définition et étymologie

Étymologiquement, le mot parcours dérive du latin percursus, construit sur le préfixe per, ici utilisé dans le sens de «à travers», et du verbe currere. De ce dernier dérive également le terme cursus, qui désigne l’action de courir. Selon Manar Hammad, il revêt à la fois un sens spatial (voyage en mer, déplacement des astres, écoulement de l’eau), un sens temporel (évolution dans le temps) et un sens humain (cours de la vie). L’auteur précise que le cursus «aligne, dans un ordre chronologique, la suite des événements advenus à un sujet donné. Des parcours sont accomplis, traversant partielle- ment l’ensemble des possibilités».

En outre, selon les contextes d’énonciation, la définition du terme parcours varie. En effet, le parcours intervient dans de nombreux domaines tels que les sciences, le travail, la santé, les politiques sociales, l’action sociale, etc.

Apports théoriques

A propos d’une personne, le parcours renvoie au «déplacement déterminé accompli ou à accomplir d’un point à un autre» ; il s’agit alors d’un cheminement. Mais aussi, ce mot est fréquemment associé à la pédagogie, se référant à la scolarité et à l’éducation. Plus généralement, le mot est aussi utilisé dans un cadre de politique publique, ce que nous observons notamment avec le dispositif d’Éducation Artistique et Culturelle (EAC). Là, où à l’époque de Malraux, nous parlions de choc esthétique, aujourd’hui, l’EAC se veut amener des clés de compréhension afin d’accompagner l’individu ou le collectif vers une élévation de l’esprit. En effet, dans sa définition même, l’EAC comprend le parcours du public comme spectateur. De plus selon Marie-Christine Bordeaux et François Deschamps, ces parcours «bousculent ainsi un ordre scolaire dominé par la parole et l’intellect».

Focus sur les Trans Musicales

Dans le cadre, de l’atelier participatif, nous avons proposé aux festivaliers de modéliser leurs parcours sur une carte qui représente les différents lieux de l’évènement. Les participants se sont donc prêtés à l’exercice de réfléchir aux différents degrés de leurs parcours, à savoir : spatial et temporel. Cet atelier a permis également de montrer des points d’intersections et donc de mettre en avant des parcours collectifs au travers des parcours individuels. Nous en avons conclu que les parcours festivaliers sont rendus possibles grâce aux facteurs suivants : la confiance des festivaliers, la scénarisation, la programmation, les dispositifs mis en place par les Trans Musicales.

_____________________

Centre national de ressources textuelles et lexicales
HAMMAD Manar, Les parcours, entre manifestations non–verbales et métalangage sémiotique, Actes Sémiotiques
GUILLOU Lauriane, MALINAS Damien, ROTH Raphaël et ROYON Camille, Éducation artistique et culturelle, publictionnaire, 2019
Table ronde Parlez-vous EAC : les 10 mots de l’Éducation Artistique et Culturelle réalisée aux Trans Musicales au cours de l’édition 2019
BORDEAUX Marie-Christine, DESCHAMPS François, L’Éducation artistique : l’éternel retour ? 2013

Les commentaires sont clos.