Sociogramme N°4 : La rencontre de Louise et Cendrillon

Sociogramme N°4 : La rencontre de Louise et Cendrillon

Samedi, 11h00. Le noir se fait dans la salle du Capitole Studios au Pontet. À l’écran apparaît une douce musique, à l’image de l’héroïne du film diffusé : Cendrillon. Louise, 6 ans, est venue avec sa maman découvrir cette adaptation filmique du conte. Assise au bord de l’allée centrale, la petite fille ne quitte pas l’écran des yeux, même si elle se lève de temps en temps pour faire quelques pas sur le côté. Elle se retrouve emportée dans la féérie des décors et des costumes, et rêve de devenir, elle aussi, une princesse. Son moment préféré ? « Le bal et la danse avec le prince ».

 

Nous pouvons alors nous demander qu’est-ce qui plaît tant dans l’image de princesse, véhiculée dans la plupart des contes, dessins animés ou films. Dans la majorité de ces récits, l’héroïne incarne un stéréotype de la jeune fille parfaite : de sa beauté à son comportement, très souvent charmante et bienveillante. En véhiculant aux enfants l’importance de certaines valeurs (comme le respect, la bonté, le courage, etc.) à travers des procédés ludiques que sont les chansons par exemple, les enfants les associent alors à leur héros favori et souhaite acquérir, en grandissant, une image qui se veut plus proche de cet univers de rêve et de magie.

 

« J’ai beaucoup aimé et moi aussi j’aimerais bien avoir une marraine fée », c’est par ces mots que Louise exprimera son appréciation du long-métrage des studios Walt Disney. Une parenthèse enchantée, emmenant petits et grands aux pays où tous les rêves deviennent possibles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *