[RETOUR PROJECTION] Zombillenium d’Arthur De Pins et Marc Bonny ou la question du travail social

[RETOUR PROJECTION] Zombillenium d’Arthur De Pins et Marc Bonny ou la question du travail social

Ce mardi matin à 9h, nous avons pu assister à la présentation du « work in progress » de Zombillenium en présence des réalisateurs. Les informations ont fusé ce matin au Pandora ! Grâce à cette conférence, nous avons eu le privilège de voir des extraits du projet qui sortira pendant la période d’Halloween en 2017.

Zombillenium est un parc d’attraction situé dans un décor inspiré de la région du Nord, décor idéal pour instaurer cette sensation de froideur et d’obscurité tant recherchée par son réalisateur. Petite précision, dans ce parc, les employés sont morts… Arthur De Pins arrive à faire cohabiter le monde du vivant avec celui des morts pour un résultat qui à l’air d’être très encourageant. Dans ce parc d’attraction, les salariés sont des monstres (Zombies, Vampires, Momies…). Grâce à ces physiques assez particuliers, les monstres du parc d’attraction sont parfaitement adaptés à la philosophie de cet endroit ou l’amusement et la peur sont au rendez-vous. En somme, Zombillenium pourrait se définir comme une « Comédie sociale » qui parle de la vie en entreprise. En écoutant Arthur De Pins parler de son projet, nous ne pouvons nous empêcher d’associer ce film d’animation à une critique de la société moderne où le travail occupe une place centrale.

Il y a un véritable travail sur la construction des personnages visant à recréer notre monde social. Hector sera le héros de cette animation. Il cohabitera avec Steven – méchant vampire inspiré du personnage Edward de Twilight, Sirius – délégué syndical très engagé, Francis – PDG, et Gretchen – stagiaire « fille à papa ». Cette dernière se verra même transformée lors du film, elle passera très subtilement d’une apparence d’adolescente à une apparence de jeune adulte. Le réalisateur a d’ailleurs insisté sur ce point, il souhaite vraiment que l’on observe une transformation de ces personnages. Ceux-ci représentent à eux seuls les entités qu’ils illustrent, à l’image de Sirius, ce squelette syndicaliste intégrant de façon idéale les employés en leur faisant prendre position dans le débat sur la condition sociale des monstres au travail.

Puisque ce film est une comédie qui se veut familiale, il est important que l’humour vienne apporter du rythme à ce sujet sensible qu’est le travail. De ce côté-là, nous sommes servis tant les personnages font allusion à des situations absurdes du quotidien. Même Cerbère, fameux chien à trois têtes et gardien des enfers, se voit décrédibilisé puisque l’une de ses têtes n’est qu’un simple Yorkshire, surprenant pour une créature sensé évoquer la peur et la souffrance. Mais toute l’utilité de ce projet réside dans le fait qu’il traite d’un sujet peu fréquent dans le monde des films d’animation. Conflits sociaux, rapports de dominations et classes sociales seront au centre du débat.

Pour avoir un petit aperçu de ce à quoi ressemblera le film, on vous laisse vous faire une idée notamment via ce clip du groupe Skip The Use : Nameless World.

Vous pourrez assister à la diffusion de Zombillenium en avant-première au festival d’Annecy qui se déroulera du 12 au 17 juin 2017.

Jérémy Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *